7 Novembre 2012 : Rien de neuf sous le soleil -rouge- de l’Arizona

En réponse à  l’annonce de la victoire de Barack Obama, la Gouverneure républicaine de l’Arizona, Jan Brewer, soutien inconditionnel de Mitt Romney s’est simplement contenté de poster sur son compte Facebook une photo de soleil couchant sur les montagnes de l’Arizona sans commentaires. Pourtant plus tôt dans la journée au moment de voter, elle n’avait pas manqué d’exprimer sa possible déception si le Président sortant était réélu. Jan Brewer a cependant de quoi se réjouir : l’Arizona reste rouge avec d’infimes nuances bleues. Tour d’horizon.

Du rouge : l’Arizona choisit massivement Mitt Romney

L’Arizona choisit Romney à  55 % contre 43 % pour Obama. Romney remporte les 11 Grands électeurs de l’Etat avec une confortable marge, plus importante encore que McCain en 2008 (53,8 – 45%). Il remporte principalement les zones rurales et le comté le plus peuplé, celui de Maricopa, bénéficiant en grande partie du vote mormon. Les deux comtés de la région de Tucson reste un bastion démocrate à 52%.

Le poste de Sénateur de l’Arizona au Congrès Américain est attribué au candidat républicain Jeff Flake. Jeff Flake l’emporte contre le candidat latino Richard Carmona à 50 contre 45 %  dans un résultat moins serré que ne le laissaient penser les sondages du mois d’octobre.

Un des frères de Jeff Flake fait semblant de pleurer au ralliement du Parti Républicain le 6 novembre à Phoenix à coté d’une effigie en carton de Mitt Romney
Crédit Photo : Michael Chow/The Republic

Concernant les 9 sièges de représentants de l’Arizona à Washington, les Républicains sont pour l’instant sûrs d’envoyer 4 de leurs candidats, les Démocrates 2 dont Raul Grijalva élu dans le Sud de l’Arizona fervent soutien d’ « Obamacare » et d’une réforme migratoire. Trois autres élections sont encore trop serrées pour se prononcer. Elles concernent notamment le nouveau district de Phoenix où la candidate démocrate Kyrsten Sinema bénéficie d’une légère avance. A Flagstaff, la démocrate Ann Kirkpatrick semble en position de l’emporter. A Tucson, le successeur de Gabrielle Giffords victime d’un shooting en janvier 2011 Ron Barber, est annoncé battu de 1000 voix, des opérations de recomptage sont en cours. Si on prend en compte ces résultats provisoires, l’Arizona élirait 5 représentants démocrates et 4 républicains, reflétant ainsi la division du pays.

Ces élections serrées devraient être départagées dans les jours qui viennent quand tous les bulletins seront pris en compte. Mercredi 7 après-midi, 400 000 bulletins dans le comté de Maricopa attendent d’être dépouillés et environ 600 000 dans tout l’Arizona. Il s’agit essentiellement des bulletins provisoires (provisional ballots) donnés dans les bureaux de vote mardi aux électeurs n’apparaissant pas sur les listes électorales ou ne pouvant prouver leur identité. Les autorités du comté doivent donc vérifier si le bulletin peut être réellement pris en compte. Les bulletins arrivés par courrier avant l’élection n’ont pas tous été dépouillés non plus. Au final ces derniers bulletins pourraient faire la différence dans les élections serrées. Des associations de défense des Latinos comme Adios Arpaio ou Citizen for a better Arizona  entendent bien continuer à surveiller la finalisation du décompte des bulletins estimant que ces  quelques 460 000 votes pouvaient encore faire la différence et dénonçant la mauvaise organisation du dépouillement dans le Comté de Maricopa en particulier.

Jan Brewer s’exprimant au ralliement du Parti Républicain à Phoenix, le 6 novembre. Crédit Photo : Michael Chow/The Arizona Republic

Encore du rouge dans les Chambres de l’Arizona 

Qu’en est-il de la couleur des 2 chambres de l’Arizona ? Comme prévu, les Républicains gardent leur mainmise mais perdent leur super-majorité acquise en 2010. Les Démocrates auraient réussi à gagner 4 sièges au Sénat et 4 à la Chambre grâce au redécoupage des districts. Dans mon district, le Républicain Jerry Lewis est battu au profit du Démocrate Ed Ableser.

La bataille pour les perchoirs des deux chambres commencent : Steve Smith un fervent républicain anti-immigration clandestine  et dirigeant une initiative arizonienne pro-barrière de sécurité est en lice pour la Présidence de la Chambre…

Le Shérif Joe Arpaio est réélu une sixième fois dans une bataille qui s’annonçait comme la plus compétitive qu’aurait connue le « Shérif le plus dur d’Amérique ». Arpaio bénéficiait d’une avance confortable sur son opposant démocrate avec une marge toutefois moins importante que dans les élections précédentes. A une heure du matin, le Shérif possédait 10 points d’avance (53 – 43%) même si tous les bulletins n’ont pas été comptés. Le candidat indépendant rafle 4% des voix. Lors de la soirée électorale du Parti Républicain à Phoenix, le shérif a déjà précisé qu’il se représenterait en 2016. Le « régime Arpaio » se perpétue donc dans le comté de Maricopa. Le shérif sort galvanisé par les soutiens notamment financiers (8,2 millions de dollars) hors d’Arizona générés après l’annonce d’un procès intenté par le Ministère fédéral de la Justice. Il confirme sa stature nationale d’icône conservatrice anti-clandestins.

Shérif Arpaio s’exprimant au ralliement Républicain à Phoenix le 6 novembre
Crédit Photo : Dave Seibert/The Arizona Republic

Une autre figure nationale de la ligne dure anti-clandestins et pro-renforcement de la frontière, le Shérif Paul Babeu est réélu dans le comté de Pinal au sud de Phoenix avec son tandem Lando Voyles, Attorney General du comté et ce malgré le scandale qui avait éclaboussé Paul Babeu en février 2012. Son ex-amant, un mexicain clandestin, avait alors indiqué à la presse que le shérif l’aurait menacé de déportation s’il révélait publiquement son homosexualité.

Premier bilan 

La mobilisation latino, perceptible sur le terrain pour cette élection, n’a pas permis de renverser la tendance et de transformer l’Arizona en un possible « Etat indécis ». L’Arizona demeure solidement républicain. Le 5 novembre, Jeff Bigers prévoyait le début de la fin de ce qu’il appelle « l’Arizonification de l’Amérique » grâce à la plus grande participation des Latinos et la défaite de politiciens anti-clandestins dans le pays. Dans son ouvrage, State Out of the Union, Arizona and the Final Showdown over the American Dream (Un Etat hors de l’Union, l’Arizona et la confrontation ultime contre le rêve américain) cet historien et journaliste originaire de Tucson dresse le portrait de l’Arizona contemporain où s’affronte un pouvoir latino émergent et un conservatisme républicain effrayé par le changement démographique qui est en train de se jouer dans le pays. Ses prévisions ne se sont pas réalisées pour la saison électorale 2012. Les Républicains continuent de dominer la mécanique politique de  l’Arizona et sortent à première vue  confortés de ces élections. Il suffit pour s’en convaincre de « suivre l’argent » : OpenSecrets démontre que les Républicains ont amassé largement plus d’argent que les Démocrates pour les élections en Arizona (62% contre 27,8%).

Jan Brewer peut donc se réjouir : elle va pouvoir alimenter encore pendant au moins deux ans sa rhétorique anti-Washington, anti-Obama et brandir la vertu conservatrice de l’Arizona pour le futur de l’Amérique, une vertu réaffirmée dans les urnes le 6 novembre.

Jeff Bigers State Out of the Union

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s