Jan s’en va-t-en-guerre !

Pas d’élection à l’horizon le 6 novembre pour la Gouverneure républicaine de l’Arizona Jan Brewer, pourtant elle ne ménage pas ses efforts pour, selon ses termes, « faire d’Obama un Président à un seul mandat ». Retour sur la croisade anti-Obama de la Gouverneure  Brewer.

Jan Brewer : un stéréotype républicain du Sud-Ouest

Jan Brewer est devenue Gouverneure de l’Arizona en janvier 2009 par accident lorsque sa prédécesseur démocrate Janet Napolitano a été désignée Ministre à la Sécurité Nationale (Secretary of the Department of Homeland Security). La Constitution de l’Arizona prévoit qu’en cas de démission du Gouverneur, la Secrétaire d’Etat (Secretary of State) le remplace, poste qu’occupait Jan Brewer depuis 2003. Née en Californie, mais ayant étudié et s’étant marié à un médecin originaire de Phoenix, elle a gravi depuis les années 80 les échelons politiques de l’Arizona élue Sénatrice,  Représentante de l’Etat puis Secrétaire d’Etat en 2002.

En tant que Gouverneure, elle a acquis une stature nationale en signant le 23 avril 2010 la loi anti-clandestins controversée SB 1070. Forte de ce succès, en Novembre 2010, Jan Brewer est élue pour 4 ans Gouverneure de l’Etat face au démocrate Thierry Goddard, ancien Attorney General (Ministre de la Justice) et bon connaisseur de la mécanique transfrontalière.

Les positionnements politiques de Jan Brewer relèvent presque tous de la caricature républicaine. Arrivée à la tête de l’Arizona, elle ordonne des coupes drastiques notamment dans des programmes d’assurance maladie et d’éducation et augmente une taxe sur les ventes de 5,6 à 6,6% pour permettre d’équilibrer le budget lourdement déficitaire de l’Etat. Elle a soutenu dans les Chambres de l’Arizona des lois en faveur du port d’armes et ne cache pas être membre de la NRA (National Rifle Association), le lobby pro-armes américain qui l’a appuyée lors de sa campagne de 2010.  Elle est également opposée au mariage gay et a soutenu des Propositions visant à définir le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, notamment la Proposition 107 en 2006.

Concernant l’immigration : Jan Brewer en a fait son cheval de bataille depuis 2010 en signant SB 1070, en ordonnant le redéploiement de la Garde Nationale d’Arizona à la frontière et en signant en avril 2011 la loi SB 1406, une initiative pour construire une barrière frontalière sur les fonds propres de ou soulevés par l’Arizona donc sans l’aval de Washington.

La politicienne Jan Brewer est aussi connu pour ses misspeaks (erreurs, lapsus) dont la plus récente est son lapsus de soutien au Président Barack Obama à la Convention Républicaine d’août 2012 à Tampa en Floride. Outre cette anecdote, en septembre 2010 après le passage de SB 1070, et en guise de défense de la loi, Jan Brewer estimait que des corps sans tête étaient retrouvés dans le désert de l’Arizona, signes de la violence liée à l’immigration illégale et au trafic de drogues. Pressée par les journalistes en pleine campagne pour son élection au poste de Gouverneure, elle n’a pu soutenir cette annonce et a fini par dire qu’il s’agissait d’une confusion avec les exécutions violentes menées par les cartels au Mexique.En juin 2010, pour répondre aux critiques de SB 1070 qualifiant cette loi de « nazi », elle avait rappelé que son père était mort en Allemagne combattant le régime nazi. En fait, son père est mort en 1955 d’un cancer des poumons aux Etats-Unis.

« Faire le Travail que le Fédéral ne fera pas » JanPac
Crédit photo : page facebook de Jan Brewer

« Des Scorpions au petit-déjeuner »

Le combat de Jan Brewer est résumé dans un livre publié en novembre 2011 intitulé Scorpions for Breakfast: My Fight Against Special Interests, Liberal Media, and Cynical Politicos to Secure America’s Border (Des Scorpions pour le Petit Déjeuner : Mon combat contre des intérêts spéciaux, les médias libéraux et les Politicos cyniques pour sécuriser la frontière de l’Amérique). L’ouvrage, préfacé par Sarah Palin qui au passage vante les mérites politiques de Jan Brewer pour « rassembler, construire et non démolir », est défini comme une « contribution de bon sens de son combat pour la sécurité de notre frontière face à l’inaction persistante du pouvoir fédéral.  Son livre est conseillé à tous les Américains intéressés par le vrai changement qui ne peut se produire que lorsque des leaders locaux prennent des initiatives pour préserver notre pays et nos lois ».

La trame du livre s’articule autour du meurtre d’un propriétaire de ranch Robert Krentz en mars 2010 dans le sud de l’Arizona que Jan Brewer attribue à un immigrant illégal pour ensuite s’élargir sur son combat personnel pour l’adoption de SB 1070. Ce meurtre a constitué le momentum politique pour l’adoption de SB 1070. Le comté de Cochise en charge de l’enquête estime qu’il s’agirait peut être d’un meurtre par un contrebandier de drogue et non nécessairement un immigrant illégal. A ce jour, le meurtre n’a pas été résolu. Dans son livre, elle mêle ressenti personnel et politique. Elle s’épanche sur des moments difficiles à savoir les accusations de racisme  déguisé par les « médias libéraux » et la diabolisation de son équipe par l’Administration Obama. Par exemple, le cardinal de Los Angeles avait qualifié la mesure de « digne du régime nazi » et le conseil municipal de Los Angeles avait appelé au boycott des produits de l’Arizona.

Face à ces attaques, Jan Brewer estime que ses détracteurs ne perçoivent pas correctement les menaces qui pèsent sur l’Arizona via l’immigration illégale, que toutes ces attaques et ces annonces de boycott n’ont qu’un but : gagner des votes ou du crédit auprès des électeurs latinos. A la lecture de son livre, Jan Brewer nourrit une rancœur personnelle et politique contre l’Administration Obama… Une rhétorique qu’elle ne cesse d’entretenir aujourd’hui et qui constitue son fond de commerce politique : Jan Brewer est bel et bien devenue une icône conservatrice dans tout le pays.

« Désolé M. le Président, l’Arizona ne veut pas quatre ans de plus. Donnez maintenant » Jan Pac
Crédit Photo : Page facebook de Jan Brewer

La croisade de Jan

Depuis quelques semaines, Jan Brewer entend bien peser sur le cycle électoral 2012. Elle a créé et anime un PACPolitical Action Committee, une association politique, dont les quatre objectifs sont les suivants : « sécuriser la frontière et restaurer l’intégrité de notre système d’immigration ; combattre Obamacare ; Créer des emplois – Remettre l’Amérique au travail ; Réduire la taille du gouvernement fédéral. »

Sur les réseaux sociaux, Jan Brewer appelle au don et à la signature d’une pétition d’adhésion à ces quatre propositions, car selon elle  « Nous avons besoin de dirigeants dans ce pays qui sont prêts à se joindre à moi dans ce combat pour l’Etat de droit… et contre l’échec de notre Gouvernement Fédéral… ». La rhétorique est donc clairement anti-Washington.

Concrètement quelles actions mènent son PAC ? Il injecte de l’argent dans le soutien aux candidats républicains en Arizona notamment 100 000 dollars à Jeff Flake candidat au poste de sénateur. Ce soutien financier se traduit par des envois de courrier dans des districts clef. Il soutient aussi trois candidats républicains au Congrès des Etats-Unis en lançant une attaque contre la candidate démocrate Ann Kirkpatrick dépensant 35 567 dollars, contre une autre candidate démocrate Kyrsten Sinema dans un district nouvellement créé à Phoenix et contre Ron Barber actuel représentant démocrate à Tucson (29 651 dollars dépensés). Le PAC a été créé l’an dernier et a récolté  au 26 octobre 587 000 dollars.

Jan Brewer est également une fervente supportrice de Mitt Romney qu’elle a soutenu dès les Primaires républicaines. Ce dernier le  lui rend bien puisqu’en février 2012 lors d’une réunion républicaine à Mesa (près de Phoenix) en présence de Jan Brewer, Mitt Romney avait qualifié la loi SB 1070 de modèle pour le pays comme l’a rappelé Barack Obama lors du deuxième débat. Cette proximité idéologique et personnelle alimente ici des rumeurs de visée ministérielle pour Jan Brewer en cas d’élection de Mitt Romney le 6 novembre…

Jan Brewer à côté de Mitt Romney (à droite) lors de la Convention de Tampa
Crédit Photo : page facebook de Jan Brewer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s